Une troyenne d'exception

Marguerite Bourgeoys est née à Troyes le 17 avril 1620 et baptisée le jour même selon les us de l’époque à l’église Saint-Jean-au-Marché, paroisse dont le quartier constitue le centre économique et culturel le plus important de la ville.
Elle grandit dans une famille bourgeoise : son père, maître chandelier avait aussi une charge à la Monnaie de la ville. On sait peu de choses sur son enfance et son adolescence si ce n’est qu’elle était une enfant épanouie et, de son propre aveu, un peu frivole ; en 1638, date à laquelle survient le décès de sa mère, elle est amenée à prendre soin de son père et de la fratrie.
Le 7 octobre 1640, lors de la Procession du Rosaire, Marguerite reçoit une grâce qui va bouleverser son existence : « dès ce moment, je me retirai du monde pour me donner au service de Dieu ».
Elle entra immédiatement dans la structure externe de Notre-Dame que les Chanoinesses de Saint Augustin, qui avaient leur monastère à Troyes, avaient créée. Elle commence alors sa période « d’apprentissage » et de formation qui durera douze années.
Les sœurs avaient créé cette congrégation externe afin de pouvoir enseigner et éduquer des enfants pauvres en allant à leur rencontre dans leurs quartiers.
Elle y découvrira la pauvreté et ses conséquences, la misère du XVIIe siècle résultant des guerres et de la peste. Elle enseigne aux enfants, visite les familles, secourt les pauvres.